header
Recherche
Greffé sur le Christ
Icône peinte dans le Monastero di Bose, Italie

Nous savons bien que chaque fois qu'une greffe est pratiquée dans un hôpital, il y a la menace du rejet. Quand le docteur Barnard a fait sa première greffe du cœur il y a quelques années, le monde entier a retenu son souffle. Et l'on a découvert alors que l'organisme tout entier se mobilisait, luttait contre ce corps étranger.

 

C’est loin d'être uniquement un désavantage : nous ne sommes pas des pièces que l'on peut détacher comme ça de l'un à l'autre, il y a aussi là derrière un dispositif de surveillance. Notre personne physique est tout à fait originale, et cette originalité est défendue toute notre vie par les milliards de cellules formant notre corps. C'est ce qui s'appelle l'immunité.

 

Mais l'on sait aussi qu'entre la tolérance et les réactions d'immunité, il n'y a pas un fossé profond et définitif, mais une simple marge, faible et fragile.

Cette marge là, dans notre relation à Dieu, c'est la foi. La foi qui permet que "ça prenne", sans devoir produire les anticorps de la résistance ou du doute et rester ainsi "en surface". Comprenez bien : il y a tant de différences entre Dieu et l'homme, qu'il y aurait toutes les raisons pour rester à jamais séparés l'un de l'autre. Dieu dans son ciel immuable et l'homme à tirer la langue sur la terre !

"Demeurez unis à moi" dit Jésus (Jean 15,4), comme le rameau est uni à son cep. Voilà que tout est possible. En lui notre "appellation d'origine contrôlée" trouve sa vraie place. Greffé en lui, réconcilié, nous puisons la vie nécessaire pour porter du fruit.

C’est ainsi la promesse de Pâques : rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu. Il nous garde avec lui, car ainsi la vie n’a pas dit son dernier mot. En ces temps où nous restons à la maison que nous puissions aussi « rester en Christ », lui le Vivant, qui nous donne la sève de son Esprit, afin d’être renouvelé et vivifié par sa vie nouvelle, afin que coule en nous son Amour,

Seigneur, je me remets entre tes mains,

aide-moi à retrouver le souffle doux,

accorde-moi un réveil lumineux et des nuits paisibles.

Seigneur je me souviens de ta bonté.

Je mets ma confiance en toi.

Amen
 

Oui, le Christ est ressuscité ! Joyeuses Pâques à chacun !

 

John Ebbutt