header
Recherche
L’heure est venue... pour nous aussi d’être serviteurs
Photo par Benno Ostwom

C’était le jour avant la pâque. L’Evangile de Jean nous renvoie aux origines, à la libération du peuple hébreux de la domination égyptienne. Ce n’est pas qu’un détail historique, car c’est bien de liberté dont il est question ici. C’est librement, et par amour, que Jésus donne de sa personne, qu’il se donne tout entier, devenant, lui le maître pour tous, le serviteur de tous.

L’heure est grave, elle est là. Et pourtant Jésus ne fuit pas. Il sait qu’il va rejoindre son Père, il sait ce qui l’attend et pourtant, il choisit librement de donner tout ce qu’il possède, sa vie, pour ceux qu’il aime jusqu’à la mort.

A la veille de la pâque, son premier geste sera celui de l’humilité, de l’abaissement. Lui le Seigneur, lui le Fils de Dieu, lui le maître se fait le serviteur, l’esclave même, accomplissant la basse besogne de laver les pieds de ses amis. Par ce geste, scandaleux aux yeux de Pierre, Jésus donne à voir un Dieu qui renverse les convenances et bouscule la bienséance.

Et c’est librement, en la personne du Christ Serviteur, que Dieu se fait proche des hommes, ses créatures. Il le fait au nom de l’amour, de son amour. Puis, il nous enseigne à faire de même : à devenir, nous aussi, nous comme lui, des serviteurs par amour et avec amour, au nom de cet amour librement consenti, étant prêts à tout donner pour Dieu, notre Père et notre Maître, reconnaissant le prochain comme suffisamment digne d’être traité comme un invité de marque.

Voilà, tout est remis en question : le plus grand devient le plus humble et aux yeux de Dieu, les petits ont une place privilégiée, ils sont aimés ; dès lors, qu’avons-nous à craindre du monde ou des hommes puisque Dieu veille? En disant cela, je m’aperçois que c’est sans doute difficile à entendre et à comprendre. Mais rappelons-nous aussi et surtout que rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu, puisque c’est lui le premier qui nous le donne en s’abaissant aux pieds de l’humanité.

L’heure est venue pour nous maintenant de témoigner de l’amour de Dieu pour les hommes et les femmes de ce monde, en prenant à notre tour la place du serviteur et nous mettant au service, toujours et à nouveau, de celui qui nous appelle à prendre soin, à élever, à faire grandir notre prochain.

C’est ainsi, en nous abaissant par amour, et j’insiste : par amour, au service des autres que nous serons heureux, d’heureux serviteurs dans ce monde.

Jean-Marc Leresche


Parmi tes amis et ton ennemi
tu as pris le repas de la Pâque, Seigneur Jésus.

Nous aimerions être tes ami-e-s.

Pourtant, nous avons peur de ne pas persévérer devant les difficultés,
comme Judas.

Fais-nous surmonter nos craintes et illusions
sur nous-mêmes
par la promesse de ta présence.

Fais de nous des signes de ta générosité et de ta justice.

Illumine-nous d’espérance jour après jour,
afin que nous marchions dans ta vérité
et soyons amour en ton nom.